Exposition : Populaire, Précaire ? Regards Croisés sur un Habitat Majoritaire

Présentation de l’exposition

Avec une population mondiale qui a récemment passé le cap historique des 50 % de taux d’urbanisation, la question de l’habitat populaire et précaire est au cœur de problématiques urbaines majeures qui représentent des défis sociaux considérables. Les inégalités socio-spatiales ne cessent de s’accentuer et les contraintes climatiques entraînent des déplacements massifs de population vers les villes et leurs quartiers populaires. La ville est cependant plus que jamais un espace de vitalité dans lequel la production de l’habitat populaire prend des formes toujours nouvelles pour faire face aux carences étatiques et permettre de vivre en
dignité.
Les enjeux sociétaux et scientifiques liés à la précarité urbaine et aux développements, au Nord comme au Sud, sont trop souvent ignorés par le grand public et restent encore largement méconnus dans les Écoles d’architecture ou les formations supérieures en urbanisme. La volonté de Centre Sud est de participer à la sensibilisation par le biais de cette exposition, afin de susciter des réflexions et des débats autour de ces questions, en privilégiant un angle de vue analytique et critique et sans tomber dans le misérabilisme.
Il s’agit donc de « mettre en image » ces questionnements mais également de mettre en valeur des situations urbaines de développement, des types d’habitat ainsi que certains processus d’accès à la ville et à la citoyenneté souvent invisibilisés. Nous avons pour ce faire collecté et sélectionné des études réalisées au plus près des sites et des individus, en croisant des travaux d’étudiants et de chercheurs.
Cette exposition se situe dans le cadre d’une démarche de recherche initiée par CENTRE S U D et en complément d’un cycle de conférences A-SUDD financé par le BRAURP (Bureau de la Recherche Architecturale et Urbaine du Ministère de la Culture et de la Communication) à l’ENSAPLV en 2009 et 2010. Les thèmes et problématiques abordés lors de ces séminaires sont : « Le résident vulnérable », « Habitat populaire et précaire, regards Nord/Sud ». L’exposition prolonge la seconde journée d’étude : « Habitat populaire et précaire », organisée en juin 2010.

 

L’exposition se décline en quatre parties

. UN PORTRAIT GLOBAL DES PHÉNOMÈNES DE PRÉCARITÉ URBAINE définissant les principales terminologies et autres mots ou thématiques clefs liés aux quartiers populaires. Dans cette partie, on cherchera à développer un certain regard comparatif sur les situations étudiées par les participants à l’exposition.

. LA DIVERSITÉ DES SITUATIONS URBAINES ET SOCIALES rencontrée dans les quartiers, les différentes localisations et rapports de ces quartiers à la ville, les différentes morphologies urbaines et types d’habitat, ainsi que la question du statut foncier de ces quartiers. Cette partie vise à déconstruire l’idée si répandue de l’uniformité sociale et urbaine des bidonvilles, slum et autres quartiers d’invasion en montrant comment précarité, consolidation et parfois amélioration substantielle peuvent coïncider.

. LES HABITANTS DANS CES PROCESSUS D’URBANISATION : leurs parcours, leurs savoir faire dans la construction de leur lieu de vie, ainsi que leurs vulnérabilités faces aux différents risques auxquels ils sont exposés. Risques climatiques et environnementaux, plus forts que pour d’autres, mais aussi et surtout risques induits par les politiques d’éviction, de relogement qui connaissent un nouveau regain alors que l’on parle pourtant davantage de réhabilitation et d’action de petite échelle que par le passé.

. LA QUESTION DU RÔLE ET DE LA PLACE DES ACTEURS DE LA VILLE et notamment des architectes et professionnels de la ville dans la réflexion et l’intervention sur ces quartiers. Cette partie présente quelques politiques actuelles d’aménagement ou d’amélioration de quartiers précaires, ainsi que de nombreuses propositions alternatives proposées par des étudiants et ONG. Elle permet d’évoquer une diversité de questions et de problèmes de méthode se posant lors d’interventions urbaines dans des contextes de vulnérabilité résidentielle et environnementale.

 

L’affiche de l’exposition et la liste des contributions à télécharger

 

Le contenu de l’exposition 

L’exposition était visible du 7 au 27 juin 2012 à l’ENSA Paris La Villette (144, avenue de Flandre – 75019 Paris – métros Corentin Cariou ou Crimée).
Le vernissage de l’exposition a eu lieu le mardi 7 juin 2012 à 18h30.

Dans la salle d’exposition :

  • Une exposition thématique autour des travaux d’étudiants, de chercheurs et d’ONG
  • Une exposition de photographies d’Alcyr Cavalcanti, photojournaliste et anthropologue, auteur de recherches sur les favelas de Rio de Janeiro
  • Une projection en continue de 5 films documentaires en programmation (Bolivie, Haïti, Istanbul, Pérou, Nicaragua)

Différents évènements ont été organisés en parallèle de l’exposition :

  • Le 8 juin 2012 à 19h : conférence-débat autour de la parution de l’ouvrage « Favela » de Janice Perlman (Oxford University Press 2011)
  • Le 9 juin 2012 à 19h : projection-débat autour des deux films « Dlo Dlo Dlo » (Haïti) et « Solidaridad ! » (Nicaragua)
  • Le 16 juin 2012 à 19h : projection-débat autour du film « Villa el Salvador » (Pérou)

 

Par la suite, l’exposition « Populaire, précaire ? Regards croisés sur un habitat majoritaire » a été exposée dans divers lieux: 

– A l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-la Villette, 7 au 26 juin 2011

– Au Comité des Travaux Historiques et Scientifiques de Tours, 23 au 27 avril 2012

– Au Forum Mondial Urbain de Naples, au sein due Pavillon Français, du 1 au 7 septembre 2012;

– A l’Institut Français d’Urbanisme le 30 septembre ;

– A l’Ecole Nationale supérieure d’architecture de Marseille du 26 septembre au 15 octobre 2012.Dans le cadre du cycle de conférences proposées par les départements de master de l’ENSA-Marseille, le département H21 organise une conférence donnée par Agnès Deboulet, sociologue et urbaniste, professeure à l’Université de Paris VIII, le 26 septembre 2012, à 19 h 30, amphi Puget.

 

 

Leave A Comment