La démolition brutale de Kathputli Colony à Delhi (30.10.2017)

(photo : Kathputli Colony au lendemain de la démolition, © Shankare Gowda, 1.11.2017)

Kathputli Colony était un quartier d’habitat précaire dans une zone centrale de Delhi, abritant entre 15 000 et 20 000 personnes, dont un groupe important d’artistes populaires et d’artisans implantés depuis la fin des années 1960. Pour l’agence de développement urbain de Delhi (la Delhi Development Authority, ou DDA), Kathputli Colony était un « camp de squatters » occupant un terrain public de 5,22 hectares, et le site d’un projet « pilote » de rénovation urbaine en partenariat avec un promoteur privé. Le projet prévoit le relogement des habitants sur une partie du terrain dans un ensemble d’immeubles de 14 étages, dans des appartements de deux pièces, d’une surface unitaire de 25 m2. Le reste du terrain (40 %) revient au promoteur qui ambitionne d’y construire une tour résidentielle de luxe de 54 étages. La mise en œuvre du projet nécessite cependant le transfert temporaire des familles en camp de transit, dans des unités d’habitation préfabriquées de 12 m2, pendant toute la durée des travaux de construction des immeubles de relogement.
Les conditions de mise en œuvre du projet (opacité, déficit d’information, absence de consultation, garanties insuffisantes quant au relogement) ont provoqué une forte résistance au déménagement dans le camp de transit. L’évacuation de la Colonie a été initiée en 2014 ; la troisième et dernière phase a eu lieu les 30 et 31 octobre 2017 et fut très brutale. En deux jours, 2700 ménages environ ont été expulsés de force, et leurs habitations démolies par les bulldozers. Dans le même temps, l’agence publique en charge du projet a révélé une liste de 771 ménages non éligibles au relogement, donc mis à la rue sans aucune alternative ni compensation. Sur place, une des actions prioritaires des ONG et activistes est d’aider ces familles exclues à faire valoir leurs droits.Les articles publiés à Delhi par la presse et sur le web témoignent de la brutalité de cette opération de démolition, y compris des violences policières à l’encontre des habitants, d’une activiste et d’un journaliste.

“ Murder Of Democracy In Kathputli Colony, Houses Demolished, People Beaten Up, Annie Raja Injured” (30 octobre 2017)
https://www.countercurrents.org/2017/10/30/murder-of-democracy-in-kathputli-colony-houses-demolished-people-beaten-up-annie-raja-injured/

“Kathputli, Artist’s Colony Demolished In Delhi: Thousands Rendered Homeless, Death Of Democracy!” (Ankit Jha, 31 octobre 2017)
https://www.countercurrents.org/2017/10/31/kathputli-artists-colony-demolished-in-delhi-thousands-rendered-homeless-death-of-democracy/

“DDA Start demolition of Kathputli Colony” (photos, 30 octobre 2017)
www.gettyimages.nl/gebeurtenis/start-demolition-of-kathputli-colony-775067790#demolition-drive-undertaken-by-dda-at-katputli-colony-shadipur-on-30-picture-id868280668

“I was beaten and locked up for covering Kathputli Colony demolition” (Kshitij Kumar, 1er novembre 2017)
https://www.thequint.com/news/india/kathputli-colony-demolition-delhi-kshitij-kumar-blog
[Témoignage d’un journaliste arrêté et battu par la police de KC : texte, photos et vidéos]

Leave A Comment